On parle de plus en plus dans la presse, de la puberté précoce chez les filles. C’est important de bien comprendre les conséquences que cela peut avoir sur le plan psychologique pour l’enfant.

La puberté précoce engendre un décalage entre la tête et le corps car des filles âgées de 8/10 ans peuvent avoir des premiers signes de puberté même si elles ont un niveau de maturité affective en rapport avec leur âge.

Ce qui peut expliquer dans certains cas, que les parents observent, chez les filles proches de l’entrée dans l’adolescence, les prémisses d’un comportement d’adolescente, même si elles n’ont pas encore franchi cette étape.

Ce changement de comportement n’est pas uniquement lié à une puberté précoce mais est aussi la conséquence d’une évolution de l’éducation dans la société. Cependant, en cas de puberté précoce, c’est d’autant plus prégnant chez l’enfant.

Le rôle des parents c’est d’accompagner leur enfant en étant à l’écoute de ses émotions et de ses besoins tout en maintenant un cadre éducatif adapté à sa maturité affective.

C’est important de ne pas griller les étapes pour que l’enfant grandisse à son rythme malgré une accélération de la puberté, dans certains cas.

Se sentir bien dans son corps et dans sa tête est indispensable pour grandir dans de bonnes conditions.

Partagez cet article