C’est en animant des formations sur le thème de la bientraitance auprès de professionnels (animateurs), que je me suis intéressée à cette méthode de la communication non violente  (CNV).

C’est une approche crée par Marshall B. Rosenberg, auteur du livre Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs.)

Il s’agit d’observer ce qui se passe en nous quand on est en relation avec une personne sans chercher à évaluer ni  à interpréter. Le but c’est d’être à l’écoute de ses propres ressentis et émotions.

Ce qui est quelque chose de  difficile à faire dans les relations humaines  mais pourtant très  opérant. Ce qui permet en autres de désamorcer des situations de conflit.

Cette approche vise à nous aider à exprimer des demandes claires en n’étant pas dans le jugement pour faciliter le dialogue avec les autres.

La CNV en quelques étapes clés :

  • La prise de conscience que nous sommes responsable de ce que l’on ressent mais pas responsables des sentiments des autres. C’est un élément clé pour arriver à lâcher prise.
  • Il est primordial  de reconnaître ses propres besoins pour adresser aux autres des demandes claires tout en tenant compte aussi des besoins des autres.
  • Adopter un langage positif permet de faire des demandes qui passent mieux et d’être aussi plus bienveillant vis à vis de soi et des autres.
  • Ne pas hésiter à reformuler notre message pour qu’il soit le plus clair possible.
  • Faire preuve d’empathie à la fois vis à vis de soi et des autres, ce qui n’empêche pas non plus de mettre des limites.

Cette méthode de la communication non violente est très utile à appliquer comme outil dans la vie quotidienne, ce qui nous aide à nous sentir bien.

Partagez cet article