Qu’est-ce que l’hyper activité?

L’hyper activité est un trouble qui s’observe chez l’enfant, qui génère beaucoup de stress pour l’enfant et ses parents.

Ce trouble doit être diagnostiqué par une équipe pluridisciplinaire qui va procéder à des bilans médicaux et psychologiques en lien avec l’étude du vécu et du comportement de l’enfant à la maison et à l’école.

En général, ce type de bilan se fait à l’hôpital. L’hôpital Robert Debré, par exemple, procède à ce type de diagnostic et met en place des prises en charge pour les enfants atteints d’hyper activité et une guidance psycho-éducative pour les parents.

Il faut savoir qu’il existe plusieurs formes d’hyper activité avec ou sans trouble de l’attention mais que dans tous les cas, l’enfant a toutes ses capacités intellectuelles même si son agitation le freine dans les apprentissages.

L’enfant qui est diagnostiqué hyper actif est atteint d’un réel trouble du comportement. Il ne fait pas exprès d’avoir ce type de comportement. Il en souffre car il a conscience de sa difficulté mais ne peut pas la maîtriser tout seul.

Quelques recommandations de l’équipe de l’hôpital Robert Debré qui s’occupe d’enfants atteints hyper activité et de leurs familles :

Le premier conseil, c’est de diminuer le plus possible les sources de stress pour l’enfant. Il est essentiel de diminuer son temps d’utilisation des écrans, car cela peut accentuer son agitation anxieuse.

De toutes façons, l’utilisation longue des écrans n’est pas recommandée chez les enfants. Elle est complètement déconseillée chez les enfants de moins de 3 ans.

Il est aussi important de comprendre que plus on a des exigences élevées envers un enfant qui est atteint d’hyper activité, plus on va augmenter son agitation et son anxiété.

A l’école ou à la maison, il est préférable d’établir avec l’enfant des petits objectifs concrets à atteindre qui sont réalisables, ce qui permettra de le valoriser.

L’enfant qui est atteint d’hyper activité souffre d’une mauvaise image de lui-même, qui est le plus souvent induite non volontairement, par les plaintes et inquiétudes des parents et des enseignants, par rapport à son comportement.

Mais on sait que ce n’est pas simple pour l’entourage (parents et enseignants) à gérer car les enfants qui souffrent d’hyper activité ont des problèmes de comportement et de limites. Ils ont beaucoup de mal à écouter, à être attentif autant  à l’école qu’à la maison.

Quelques outils éducatifs pour aider l’enfant à s’apaiser :

Donner à l’enfant des règles claires et simples.

Faire un emploi du temps avec les activités de la journée pour donner des repères clairs et simples à l’enfant. Ce qui va le mettre en capacité d’anticiper ce qu’il va faire et va le rassurer et apaiser son agitation.

Faire un panneau avec l’enfant où on répertorie ce qu’il a le droit de faire et ce qu’il n’a pas le droit de faire au niveau de son comportement et on l’affiche avec son accord à un endroit où il peut le voir.

On peut intégrer les frères et sœurs à la démarche en leur rappelant aussi que ces règles de vie sont aussi valables pour eux afin de ne pas stigmatiser l’enfant qui est atteint d’hyper activité.

L’objectif est d’impliquer l’enfant pour l’aider à résoudre ses difficultés comportementales.

Il est aussi essentiel d’établir un travail de partenariat entre les parents et l’école et l’hôpital pour qu’il y ait une cohérence au niveau de l’approche éducative, ce qui va aider l’enfant atteint d’hyper activité en lui donnant des repères stables.

Quand l’enfant réussit quelque chose, même si c’est un petit objectif qui a été atteint, comme rester assis quelques minutes, il faut le valoriser et l’encourager.

Par exemple, les parents peuvent faire avec lui un tableau à points en comptabilisant que les bons points quand une action a été réussie.

Il est important de récompenser l’enfant par une activité qu’il aime et non pas avec un cadeau (objet ou nourriture), ce qui a une plus grande efficacité éducative et thérapeutique.

Quand l’enfant a un comportement inadapté, il est important de ne pas le priver des activités qu’il apprécie car cela va avoir l’effet inverse de ce que l’on souhaite.

Cela ne va que le renforcer dans ses difficultés et entraîner une baisse de son estime de soi et lui donner encore une fois une mauvaise image de lui-même.

Cependant, il est essentiel de poser des limites à l’enfant par rapport à ce type de comportement en lui rappelant la consigne en se mettant face à lui pour capter son attention de manière bienveillante, son regard et en lui posant doucement une main sur l’épaule.

Le contact visuel et le toucher permet d’aider l’enfant à se recentrer sur le moment présent et d’être plus attentif dans la relation.

Il est aussi important en amont d’une sortie ou d’une activité, de briefer l’enfant par rapport au comportement qu’on attend de lui en lui donnant des consignes simples. Ce qui va lui permettre d’anticiper la consigne et de l’appliquer plus facilement. C’est primordial de  le féliciter quand il réussit à le faire.

ll est indiqué de proposer le plus possible à l’enfant des activités sportives, pour l’aider à se défouler de manière constructive.

Le message pour les parents est surtout malgré la difficulté que ce trouble représente, de continuer le plus possible à montrer de l’affection à son enfant, parce que cela contribue à soulager ses difficultés.

L’enfant atteint d’hyper activité a un besoin impératif d’un suivi médico-psychologique en lien avec un partenariat avec l’école. Mais, il ne faut pas oublier que ce trouble induit un mal être, une souffrance psychologique chez les parents.

Il peut être aussi nécessaire dans ce cas,  d’en parler avec un professionnel, ce qui les aidera à diminuer le stress normal lié à ce trouble et à trouver des pistes de réflexion pour aider leur enfant.

Partagez cet article